Pour l’émergence d’un syndicalisme de citoyens

Accueil Forums Idées Pour l’émergence d’un syndicalisme de citoyens

Étiqueté : 

  • Ce sujet contient 10 réponses, 5 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par marc2728, le il y a 1 année.
11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Messages
  • #82
    marc2728
    Participant

    Le syndicalisme du travail étant corrompu par la tête on comprend mieux qu’il n’y a rien à en attendre dans notre combat actuel pour les libertés.
    Le travail aussi diminuant la représentation du peuple par ce canal est de toute façon condamné à une fossilisation prochaine évidente.
    Nos zélites sont en roue libre, sans plus aucun contrôle par le peuple.
    La question alors est la suivante:
    La loi française permet-elle à une ONG d’accéder à un statut syndical qui obligerait à ce qu’elle soit consultée et partie prenante dans les grandes décisions législatives ou executives?

    #86
    joce73
    Participant

    Le syndicalisme actuel est ni plus ni moins que l’émanation des partis politiques donc complétement pourris et corrompus. Vous souhaitez trouver une solution dans le cadre de la France ? Est-ce possible ou même souhaitable ? je ne pense pas. Il faut réinventer ce Pays et pourquoi pas réfléchir hors cadre hexagonal ?
    Qu’en pensez-vous ?
    Sinon s’inspirer de l’Allemagne et de leurs syndicats professionnels ? J’ai l’impression que cela marche plutôt bien ?
    Il faut effectivement revoir entièrement ce système mafieux

    #94
    marc2728
    Participant

    Je suis tout à fait d’accord avec vous, le syndilasme du travail tel qu’on le connait est corrompu car totalement inféodé à des partis politiques, et totalement inopérant. Il est mort, c’est juste une bande de zombies.
    Une solution pour la France? oui, il faut bien commencer quelque part. Mais je suis d’accord qu’il faut très vite internationaliser un tel mouvement.

    Alors l’idée fondamentale est de dépasser le strict terrain de défense du travail.

    Le problème n’est plus tant de défendre les travailleurs contre les seuls patrons, mais de défendre l’intérêt général des citoyens avec la même latitude dont disposent les syndicats comme corps intermédiaires pour pouvoir s’inviter dans les débats législatifs les concernant.

    En tant que citoyen nous donnons un mandat aux politiques. Les députés sont censés nous représenter. Mais quand on écrit à son député c’est bien souvent lettre morte, si ce n’est pas une action concertée par une association qui organise un envoi massif de lettres à l’ensemble des parlementaire. Seuls ces courriers massifs obligent les parlementaires à en parler entre eux et ne plus ignorer les demandes du peuple, d’autant plus qu’elles sont alors visibles pour les quelques médias indépendants qui existent encore. Sans l’union au sein de syndicats de citoyens, les demandes du peuple sont inaudibles et ignorées tant elle viennent perturber le ronronnement du système.

    Pour l’heure, la grande question est d’ordre juridique. Au delà de la loi de 1901 sur les associations, que permet le corpus législatif pour s’emparer du levier syndical au profit de causes plus larges que celles du seul travail?

    J’interpelle ici Eric Verhaeghe sur cette question, et que je remercie au passage de nous offrir ce forum qui nous donne un peu d’espoir face à la brutalité actuelle.

    #97
    joce73
    Participant

    A la réflexion j’envisage de me rapprocher des propositions de Valérie Bugault sur les groupement d’intérêts qui de par leurs structures s’autogèrent parfaitement. Il s’agit d’un nouveau paradigme (dans notre monde moderne) car elles existaient avant la révolution française.

    #134
    joce73
    Participant

    Aujourd’hui nous décidons de créer un syndicat interprofessionnel des métiers de montagne mais sans la loi de 1901. Nous envisageons d’y inclure des groupements d’intérêts et cherchons le cadre juridique d’une telle organisation.

    #206
    parpaingcelte
    Participant

    J’ai vu des grévistes qui faisaient plier les gouvernements
    Mineurs , Pécheurs , Agriculteurs et Camionneurs , les Cheminots s’y joignaient et la boucle était bouclée
    Le Pays à l’arrêt !
    La Masse qui ne se réunie plus de nos jours est diluée dans des combats de clochers ,Les gens ne se reconnaissent plus comme faisant partie de la société Française, diviser pour mieux régner , le bien commun n’est plus un composant de l’épine dorsale de notre constitution martyrisée depuis de trop nombreuses années
    seul l’union et le nombre feront la France de demain

    #243
    Didier Walbaum
    Participant

    L’association rester libre est apolitique, elle est un regroupement de citoyens convaincus que la démocratie a du sens et dont nous avons tous une très haute estime. Aujourd’hui notre démocratie est mise à mal, le pass sanitaire en est le cancer. Ce funeste symbole suffit à nous rassembler autour d’une cause commune qui ressemble plus à de la résistance qu’à du syndicalisme, mais qu’importe “ôtons- nous de cette tyrannie”.

    #255
    joce73
    Participant

    Finalement nous allons essayer de monter les groupements d’intérêts sans syndicat, ce que véhicule ce mot ne convient pas à ce que nous voulons faire.

    #435
    Pan bagnat
    Participant

    Je crois qu’il y a un statut qui n’est pas loi 1901 qui est: l’association de fait. Impossible de vous renseigner sur son cadre juridique par contre

    #436
    Pan bagnat
    Participant

    En revanche il y a un syndicat qui mérite à être connu: le syndicat GJ

    Je ne suis pas adhérent mais j’ai vu ce qu’ils ont mis à Adecco et carrefour, apparemment ils ca les change de la CFDT

    #770
    marc2728
    Participant

    @ Joce73

    Je n’ai pas de problème avec votre objection sur le mot de syndicat qui véhicule un passif symbolique bien trop lourd (syndicat du crime, collusion des syndicat de travailleurs avec des partis politiques). L’idée c’est simplement d’utiliser les outils légaux existants pour mener un combat de défense viable et durable, au delà de la seule association loi 1901 dont le pouvoir reste limité. Elle permet d’ester en justice mais ne permet pas d’être de facto représentatitve en tant que corps intermédiaire et partie prenante o-bli-ga-toire pour à titre consultatif pour les évolutions législatives comme c’est le cas avec les syndicats actuels pour les questions de droit du travail.

    Si ce sont les groupements d’intérêts décrits par Valérie Bugault qui sont le véhicule le plus approprié, soit! Alors creusons la question dans ce sens, sachant que l’objectif est de parvenir à faire émerger un nouveau corp intermédiaire représentatif des citoyens capable de faire un fort lobbying et de participer à l’élaboration des lois et au travail parlementaire en interpellant publiquement les parlementaires quand c’est nécessaire, puisque les partis politiques ne font pas ce travail et ne font que soutenir la carrière des hommes politiques.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.