pour l’émergence d’un nouveau métier

Accueil Forums Idées pour l’émergence d’un nouveau métier

Étiqueté : 

  • Ce sujet contient 15 réponses, 6 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Nadiva, le il y a 9 mois.
15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 16)
  • Auteur
    Messages
  • #84
    marc2728
    Participant

    L’Etat fait le choix d’éjecter du système toute une partie de la population médicale rétive à la soumission criminelle qu’on nous impose.
    Et si ces compétences (ou une partie d’entre elles) se réorientaient vers le Droit pour créer un nouveau métier, celui d’avocat-médecin?

    On sait protéger la propriété et nos droits avec des avocats depuis des lustres, on protège notre propriété intellectuelle avec des ingénieurs-avocats (avant conseil en brevets) depuis 150 ans (Traité de Paris) mais nous n’avons rien pour protéger notre santé et notre intégrité physique. Nous sommes face à un vide juridique énorme.

    Mais quand on voit les taux de maladie nosocomiales et iatrogènes qui combinés fleurtent avec les 15%, on réalise qu’on a en face de nous un secteur qui a le plus fort taux de non-qualité qui soit, et en toute impunité et irresponsabilité.

    Au regard de l’attitude de l’Ordre des Médecins qui exerce une véritable tyrannie sur les soignants, et qui est le chien de garde de la seule médecine allopathique au bénéfice des big pharmas et des politiques corrompus qui en bouffent, on a un vrai gros éléphant dans la pièce.

    Je pense qu’on devrait faciliter l’émergence d’une école d’avocat-médecins qui recruterait uniquement des médecins pour en faire des avocats, et parmi les autres personnels soignants pour former des assistants juridiques de santé.

    #85
    joce73
    Participant

    Mais quelle bonne idée !!!
    Dans chaque spécialité médicale et paramédicale un ou plusieurs avocats ou conseillers juridiques devraient pouvoir former des « cabinets conseils » regroupant toutes les spécialités. Un cabinet par région ou autre à voir.
    Chaque professionnel resterait immergé dans sa spécialité une partie de l’année en alternance avec son binôme, important de rester dans le bain.
    Ses compétences couvriraient la bonne pratique de la spécialité (en respectant l’approche de chacun), le bien être des patients mais aussi du personnel médical et para médical catastrophique actuellement.
    Un contrepied aux syndicats politiques actuels. J’y vois aussi un rapprochement avec les groupements d’intérêts de Valérie Bugault où la bonne pratique est source de dignité de respect et donc de qualité.
    J’y vois aussi un rapprochement avec le syndicat de réinfoliberté.
    A ce jour un certains nombres de propositions déjà bien abouties existent. Peut-être possibilité de mettre tout ça en cohérence ?

    #91
    Pascale Girard
    Participant

    Ça parait une bonne idée, bravo de vous lancer dans cet ambition projet !

    #93
    marc2728
    Participant

    L’idée avec un tel nouveau métier avec ces personnes qui seraient disponibles puisque ne pouvant plus exercer, serait de défendre les domaines suivants:
    (1) les patients en ne les laissant pas seuls face à une décision du médecin traitant sans un éclairage indépendant. Entre l’homme de l’art et le patient souvent diminué par son état de malade il existe un déséquilibre de jugement qui est trop facilement au détriment du malade; il a besoin d’un accompagnement d’un tiers de confiance qui soit aussi un homme de l’art pour pouvoir l’aider à discuter de la proposition du médecin traitant; c’est pouvoir opposer un médecin-conseil face à un médecin traitant, comme on oppose la fonction de maitre d’ouvrage à celle de maître d’oeuvre; ce sont des notions juridiques qui ont été très bien éprouvées dans les dernières décennies dans l’industrie et qui bénéficieraient à leur adaptation dans le monde de la santé;
    (2) défendre les médecins face aux instances de l’ordre des médecins ou des agences gouvernementales de santé; la crise actuelle a montré comment le médecin était neutralisé dans sa liberté/devoir de soigner à l’encontre de son serment d’Hippocrate et de sa conscience professionnelle par des instances surpuissantes quand elles ne sont pas sous influence;
    (3) d’assister les citoyens à défendre leurs droits à des choix libres ét éclairés;
    (4) à combattre les abus et possibles instrumentalisations sanitaires qui pourraient advenir du fait de l’effet de lobbying industriels trop invasifs auprès du législateur (un contre-lobbying en sorte);
    et (5) plus largement à oeuvrer pour la liberté de santé et des choix de médecine, en combattant la pensée scientiste unique qui ne laisse de la place qu’à une médecine allopathique et ferme la porte aux approches intégratives ou holistiques.
    Voilà ce à quoi pourrait servir un tel métier d’avocat-médecin dans le monde d’après.

    #96
    joce73
    Participant

    Face à votre engagement je me sens incompétente par conséquent je vais ajouter une dernière observation, les métiers de médecins et d’avocats demandent de longues études et beaucoup d’expérience. Comment être compétent sur les deux tableaux, jeune. La finalité de cette réflexion m’intéresse mais oui il vous faut voir avec vos confrères et des avocats aussi il me semble. Pourquoi ne pas démarrer d’emblée en formant des duos Médecin-Avocat ?
    En tout cas c’est un sujet qui a de l’avenir.
    Bien à vous Marc 2728

    #175
    malvasio.christophe
    Participant

    désolé mais trop passéiste
    je pense que tout valide devrait être, au minimum, pompier-secouriste-électromécanicien…
    bref docteur en tout
    histoire de pouvoir recréer l’humanité en cas de réelle catastrophe
    oui nous somme dans une crise sanitaire
    mais cette crise est mentale et nous y somme depuis toujours …

    #177
    joce73
    Participant

    Marc 2728,
    j’ai besoin que vous précisiez une chose. la perte de revenus du médecin serait compensée par les revenus de son axe avocat est – ce bien cela ?

    #179
    malvasio.christophe
    Participant

    joce73 ayant lu il me semble que cette proposition ne limite pas ces personnes à 2 axes de revenus
    je persiste : cette proposition est passéiste …

    #211
    marc2728
    Participant

    @ joce73. Oui, c’est bien l’idée. Faire en sorte que la connaissance du médecin/infirmier déclassé arbitrairement puisse rester utile. Si l’arbitraire totalitaire pseudo-sanitaire veut les empêcher de soigner des personnes, alors peut-être pourraient-ils contribuer à soigner la société. Et si on ne veut pas sombrer dans ce modèle nazitaire, il faut aller se battre du côté du droit et de la justice, dans les prétoires et les parlements.
    Oui la longueur des études peut paraître rédhibitoire, mais ne nous y trompons pas, c’est déjà le cas pour les avocats de brevets qui sont au minimum ingénieur sinon plus, avec une formation juridique complémentaire de 2 ou 3 ans (mais souvent pratiquée en alternance avec un emploi sur un cursus de 5 ou 6 ans)
    En ce qui concerne les revenus de ces avocats-médecins, le modèle actuel de l’avocat payé sur honoraire doit pouvoir continuer. Mais on peut tout à fait imaginer aussi un revenu minimum basé sur un nouveau produit d’assurance juridique de santé et un abondement aussi avec une quote-part des indemnités des victimes mutualisées dans un fond de solidarité professionnel.

    #212
    marc2728
    Participant

    @malvasio.christo
    Je suis bien d’accord avec vous que chacun doit se réapproprier sa santé, sa nutrition, le secourisme, la protection civile. Après avoir cru au curé pendant des siècles, on voudrait depuis Pasteur nous faire croire au docteur. Une religion chassant l’autre pour maintenir la domination du bon peuple par l’élite bienveillante. La santé est une chose bien tro^p sérieuse pour être abandonnée aux seuls médecins et pharmaciens.
    Mais je ne vois pas en quoi ce serait contradictoire à ma proposition.
    Je ne vois pas non plus en quoi ma proposition serait passéiste. Pourriez-vous s’il vous plait étayer votre affirmation?

    #213
    joce73
    Participant

    Marc 2728
    Bien je comprends neanmoins cette situation est provosoire. Ceci dit ce nouveau métier peut avoir son intérêt.

    Que pensez – vous d’Alliance qui met en lien médecins et patients non vaccinés ?

    #214
    malvasio.christophe
    Participant

    @marc2728
    justement à cause du sectarisme que tu implique alors que tu conviens bien que l’autonomie est le but
    autant s’y atteler d’entrée

    #215
    Nadiva
    Participant

    Je dirais qu’en remettant de l’humanité et de l’universalité, on pourrait tous mettre à profit nos compétences, qu’elles quelles soient, au service de tous ceux qui en ont besoin. C’est à ça que sert la marche de l’éveil.
    Cependant, il faudra toujours douter de tout et de tout le monde car dans toute société, qu’elle soit toute petite ou immense, il y aura toujours des personnes qui ne voudront servir que leurs intérêts, pas ceux des autres…

    #246
    adga0876
    Participant

    Des médecins non vaccinés pour des non vaccinés (hors honoraires) je signe

    #279
    malvasio.christophe
    Participant

    idem

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 16)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.