Action nationale facile – Coupure programmée de courant

Accueil Forums Idées Action nationale facile – Coupure programmée de courant

Étiqueté : 

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 19)
  • Auteur
    Messages
  • #831
    Marie GAL
    Participant

    Les manifestations, c’est bien, mais certains ne peuvent pas se déplacer. Pour d’autres, résidant en campagne, avec des enfants,… cela peut être compliqué. De plus, dans les villes de province, ce n’est pas souvent très remarqué.
    Enfin, cela ne donne jamais une idée de l’ampleur du mouvement à l’échelon national.
    Je suggèrerais d’ajouter une action facile à réaliser pour tous, et visible.
    Nous arrivons en période hivernale, la nuit arrive plus tôt. D’où un plus grand besoin électrique en fin de journée.
    Si tous les contestataires coupaient l’électricité (ou un maximum d’appareils) pendant 5 minutes à 20H (début des infos du soir, et parfois des allocutions présidentielles…), ne serait-ce qu’une fois par semaine, cela se verrait. Je me rappelle que cette initiative a déjà été réalisée et embêtait profondément du fait d’une baisse et d’une augmentation massive de la demande qui pouvaient générer des problèmes sur les réseaux d’EDF.
    Pas difficile à mettre en place, peu gênant pour les personnes qui seraient modérément motivées.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 7 mois par Marie GAL.
    #834
    CathDouze
    Participant

    C’est une idée intéressante.

    #835
    OTTA
    Participant

    C’est pas très visible et cela demande une information d’envergure.

    Par contre si chacun accroche à sa fenêtre, ou son balcon un signe (tissu, carton…) avec Restez Libre inscrit dessus cela aurait un impact visuel plus percutant.

    #836
    MERMILLIOD Yves
    Participant

    Pourquoi pas ! Il faut se mettre d’accord pour faire ça à une heure précise (il y a des tas d’équipements radiopilotés) avec une liste des équipements à couper en priorité : je pense aux chauffages électriques (y compris pompes à chaleur), tous appareils de cuisson en cours d’utilisation, cumulus d’eau chaude. Les lampes c’est inutile pour les leds et basse conso.

    Comment faire passer le mot d’ordre ?

    #839
    Euphrasie
    Participant

    Merci de cette proposition qui devrait déboucher sur quelque chose de chouette.

    Si c’est pour embêter EDF ou les distributeurs électriques, couper ce qui consomme le +, cela ressemble davantage à une action d’un réseau écologique qu’à un geste pour « rester libre ». Il n’y a pas vraiment de rapport entre la forme et le fond. C’est dommage.

    Si c’est pour être visible, on peut bien sûr afficher son brassard. Pourquoi pas couper ses LED, passer 5 mn dans le noir. Mais comme tous mes voisins seront devant leur TV, qui le verra ?

    Je pense qu’il faudrait plutôt couper en priorité sa télévision le + possible à 20h au moins 5 mn par jour et toute la durée des allocutions présidentielles ou autres. Faire chuter l’audimat à grande échelle.

    Et surtout, sortir des casseroles et taper dessus, faire du ramdam de contestation fenêtre ouverte à 20h mais plus pour applaudir les soignants, pour huer nos dirigeants. Avec un mot d’ordre ? Lequel ?

    Des sifflets, des hous ! ou bien pas de texte, juste du chahut sonore pour dire qu’on n’en peut plus.

     

    Qu’en pensez-vous ?

     

     

     

     

     

    #840
    CathDouze
    Participant

    Je préfère les solutions qui permettent l’anonymat.

    En se mettant à son balcon (quand on en a un et qu’on ne vit pzs au milieu de la forêt, où ça ne servirait à rien) ou en affichant un signe distinctif visible du voisinage, on prend le risque de subir dénonciations et/ou nuisances, voire agressions, de la part de voisins fanatisés par la propagande (comme ce fut le cas autrefois avec les étoiles jaunes, qui transformaient les réprouvés du moment en cibles idéales pour toutes formes de lynchage).

    Je vis dans un lieu où le voisinage est particulièrement fan des vaccinations, où l’équipe au gouvernement est plutôt bien considérée, et si je m’affiche comme « anti… », je prends le risque de gros problèmes (il y a des fêlés dans mon quartier). Tant qu’à prendre des risques, je préfère les réserver à des opérations discrètes, efficaces et ciblées qu’à des actions sans effet réel mais à haut potentiel de nuisance.

    Résister, oui, mais comme pour les produits pharmaceutiques, il faut à chaque fois évaluer le rapport bénéfice-risque.

    #848
    Euphrasie
    Participant

    Je comprends. Dans ce cas, la coupure de courant peut être plus facile à envisager. L’un n’empêche sans doute pas l’autre. Le point commun, ce pourrait être l’heure et la fréquence.

    Les applaudissements des soignants avaient eu un réel effet euphorisant et avait permis de créer des liens de convivialité nouveaux entre voisins dans ma rue. Cela finissait souvent en petit chahut dans certains quartiers. Cela mettait un peu d’animation.

    Là on pourrait avoir juste un code sonore, 3 sons lents et graves, par exemple, pour ne pas se faire trop remarquer mais le faire entendre quand même.

    En fait je lance des idées sans trop réfléchir… Ne m’en veuillez pas ! C’est normal qu’il y ait du déchet ! C’est comme ça qu’on affine, non ?

    #857
    Marie GAL
    Participant

    Accrocher quelque chose à sa fenêtre n’est pas visuel en campagne…

    #860
    Marie GAL
    Participant

    Je trouve ça bien de lancer des idées ! Les applaudissements ont fonctionné parce que les médias ont relayé. Le bruit à une certaine heure peut être une bonne idée. Mais tous ceux qui habitent en campagne restent exclus

    #866
    Marie GAL
    Participant

    Réflexions « en vrac ». Il faudrait trouver :
    Un moyen de se faire voir ou entendre à l’échelle nationale, quel que soit son lieu de résidence et sa situation (âgé, handicapé, avec des enfants, en ville, à la campagne, équipé informatiquement ou pas..)

    Une action qui gêne les élites dirigeantes ou perturbent leurs services plus que les voisins

    Une action facile pour tous, et à moindre frais, sinon il y aura des désistements.

    Des idées ?

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 7 mois par Marie GAL.
    #868
    Marie GAL
    Participant

    Les infos peuvent être passées par cette association et d’autres associations comme bonsens… par mail
    Relayées par réseaux sociaux. Le coût serait mineur. Si l’action est répétitive (heure fixe, jour de la semaine..), elle peut s’amplifier au fur et à mesure.

    #883
    nikoro54
    Participant

    J’aime les propositions ici, mais je trouve qu’ennuyer EDF ou gueuler tout seul sur son balcon ne forcera pas les politiciens et big pharma à changer. En plus comme dit CathDouze, ça peut être risqué de se faire remarquer, la haine contre nous autre est assez forte.

    Il faudrait un moyen qui emmerde bien ceux qui nous privent de liberté et nous forcent à nous injecter, un moyen anonyme, à la base physique/non-informatique (parce que tout ce qui est informatique est facile à contrôler), non violente envers les personnes, une sorte de nuisance permanente qui irrite, agace au point de faire relâcher du mou.

    Et si on inondait certaines boites aux lettres de personnes clés dans la gestion insensée de cette crise en envoyant très nombreux des courriers anonymes (signés le courrier des stratèges ?) ? C’est plus chiant pour eux/elles de changer physiquement d’adresse ou de boite postale que de changer d’adresse email. Et ils/elles auront bien besoin d’avoir des courriers entrants, donc une boite saturée peut être ennuyante…

    Qu’en pensez-vous ?

    #884
    Artémis
    Participant

    Inonder la boite aux lettre de Macron / Assemblée Nationale / Sénat, sur le modèle « Nous, les non-vaccinés », plusieurs fois par jour pendant un certain temps ?

    #885
    CathDouze
    Participant

    Pour ce genre d’opération, il faudrait l’avis d’un juriste. Possible que ce type d’opération soit passible de poursuites. Je crois que c’est ce qu’on appelle du « spamming » (notamment si les e-mails se ressemblent et émanent d’une même adresse) et ça pourrait être assimilé à du harcèlement. Il vaut mieux éviter de faire des choses illégales car ceux contre qui nous nous élevons ont plus de moyens techniques que nous, pour nous neutraliser.

    « Ne jamais sous-estimer l’ennemi », dit-on… C’est quelque chose qu’on doit garder à l’esprit si on veut le dépasser.

    Il faut effectivement trouver des moyens de ralentir le travail de ces organismes, en multipliant des tracasseries chronophages, mais en calculant bien les risques au préalable : ne pas se faire choper, préserver l’anonymat des uns et des autres, être efficace, c’est à dire ne pas perdre son temps en vaines opérations…

    Dans la mesure où l’on a affaire à des tordus, des idiots, des rigides-bornés, des frileux ou des psychopathes, il faut trouver des solutions assez rusées pour les ennuyer tout en se protégeant.

    Nous avons de la volonté, de l’énergie, des idées, mais il ne faut pas gaspiller nos forces et les préserver pour des opérations vraiment efficaces, avec le moins de risques possibles : une opération réussie, sans dégâts, ce sont d’autres opérations possibles ensuite.

    Il y a l’effet de surprise, aussi, qu’il ne faut pas négliger.

    Il y a aussi tout un travail psychologique à opérer en amont : pour chaque interlocuteur, analyser le fonctionnement comportemental afin de trouver ses failles et les angles par lesquels on peut les atteindre. Qu’il s’agisse de convaincre des gens dans l’erreur mais de bonne foi, ou bien de tordus qui profitent de la situation pour se livrer à des actions toxiques, il est important de savoir à qui l’on s’adresse.

    Toujours bien connaître à l’avance l’objectif visé, le définir soigneusement. Car si l’on se livre à des opérations de contestation juste pour contester, mais sans un objectif clair à atteindre, on risque fort de se planter.

    Etablir des priorités aussi : qu’est-ce qui est important dans l’immédiat, en premier, à empêcher, et qu’est-ce qui peut attendre un peu, un peu plus, voire bien plus… Il y a peut-être une chronologie et une hiérarchie des priorités à établir. Classer les actions par ordre d’importance par rapport au but immédiat visé, mais aussi par rapport au but ultime (qui n’est pas forcément le même entre les personnes, d’où la nécessité des débats, afin de mieux savoir où l’on va, comment, avec qui, pour qui… etc.).

    #887
    Artémis
    Participant

    Au-delà de la contestation, le problème est aussi la visibilité. Les non-vaccinés ne sont pas visibles (sauf peut-être en ce moment en Guadeloupe, mais pas certaine que ce soit ce vers quoi il faut tendre) et pourtant, nous sommes quelques millions (qui comptent pour zéro).

    Tout à fait d’accord pour que ces démarches soient validées en amont par des avocats, mais je pense que chaque citoyen peut faire entendre son point de vue (vu le grand silence de la représentation nationale, à l’exception du Sénat, sur quelques points) : si chaque citoyen non-vacciné exprime son point de vue, ça fait quelques missives.

    Bien sûr, réfléchir avant d’agir est important, mais je crains qu’à partir d’un certain stade, avancer masqué n’ait que peu d’impact.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 19)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.