Répondre à : Action nationale facile – Coupure programmée de courant

Accueil Forums Idées Action nationale facile – Coupure programmée de courant Répondre à : Action nationale facile – Coupure programmée de courant

#885
CathDouze
Participant

Pour ce genre d’opération, il faudrait l’avis d’un juriste. Possible que ce type d’opération soit passible de poursuites. Je crois que c’est ce qu’on appelle du « spamming » (notamment si les e-mails se ressemblent et émanent d’une même adresse) et ça pourrait être assimilé à du harcèlement. Il vaut mieux éviter de faire des choses illégales car ceux contre qui nous nous élevons ont plus de moyens techniques que nous, pour nous neutraliser.

« Ne jamais sous-estimer l’ennemi », dit-on… C’est quelque chose qu’on doit garder à l’esprit si on veut le dépasser.

Il faut effectivement trouver des moyens de ralentir le travail de ces organismes, en multipliant des tracasseries chronophages, mais en calculant bien les risques au préalable : ne pas se faire choper, préserver l’anonymat des uns et des autres, être efficace, c’est à dire ne pas perdre son temps en vaines opérations…

Dans la mesure où l’on a affaire à des tordus, des idiots, des rigides-bornés, des frileux ou des psychopathes, il faut trouver des solutions assez rusées pour les ennuyer tout en se protégeant.

Nous avons de la volonté, de l’énergie, des idées, mais il ne faut pas gaspiller nos forces et les préserver pour des opérations vraiment efficaces, avec le moins de risques possibles : une opération réussie, sans dégâts, ce sont d’autres opérations possibles ensuite.

Il y a l’effet de surprise, aussi, qu’il ne faut pas négliger.

Il y a aussi tout un travail psychologique à opérer en amont : pour chaque interlocuteur, analyser le fonctionnement comportemental afin de trouver ses failles et les angles par lesquels on peut les atteindre. Qu’il s’agisse de convaincre des gens dans l’erreur mais de bonne foi, ou bien de tordus qui profitent de la situation pour se livrer à des actions toxiques, il est important de savoir à qui l’on s’adresse.

Toujours bien connaître à l’avance l’objectif visé, le définir soigneusement. Car si l’on se livre à des opérations de contestation juste pour contester, mais sans un objectif clair à atteindre, on risque fort de se planter.

Etablir des priorités aussi : qu’est-ce qui est important dans l’immédiat, en premier, à empêcher, et qu’est-ce qui peut attendre un peu, un peu plus, voire bien plus… Il y a peut-être une chronologie et une hiérarchie des priorités à établir. Classer les actions par ordre d’importance par rapport au but immédiat visé, mais aussi par rapport au but ultime (qui n’est pas forcément le même entre les personnes, d’où la nécessité des débats, afin de mieux savoir où l’on va, comment, avec qui, pour qui… etc.).