Répondre à : Normandie – Manche – 50

Accueil Forums Maillage territorial Normandie 50- Manche Normandie – Manche – 50 Répondre à : Normandie – Manche – 50

#475
CathDouze
Participant

Je me présente, donc, pour ce fil local :

Dans la vraie vie je m’appelle Catherine et je vis à Regnéville-Sur-Mer, sur la côte ouest de la Manche, à la latitude de Coutances.

Je tends à désespérer du comportement de mes concitoyens locaux, qui font partie des plus zélés dans l’obéissance aux diktats gouvernementaux. Le taux de vaccination y est record (82%), alors on se sent très isolé quand on n’est pas injecté. Mon compagnon et moi sommes devenus discrets par rapport à notre état de « non OGM », de peur qu’un jour on en arrive à subir des actes de délation, comme en d’autres temps de notre histoire.

Etant porteurs l’un comme l’autre de contre-indications rédhibitoires quant à ce produit qu’on veut nous imposer, nous savons que ce geste prétendument médical équivaudrait à un jeu de roulette russe à cinq balles dans le barillet.

Si l’on en arrive à une situation semblable à celle de l’Australie, ce sera un arrêt de mort pour l’un comme l’autre. Notre médecin, qui nous connaît bien, ne nous a jamais proposé ces injections : il sait que ça pourrait nous être fatal (différemment pour chacun, mais avec même résultat potentiel). Mais comme nos contre-indications n’entrent pas dans le registre de celles reconnues en France, cela fait de nous des contrevenants à l’injonction de se sacrifier pour sauver les labos (parler de sacrifice pour la patrie est un concept passé de mode et de toutes façons ça n’a rien à voir, alors on va donner un peu dans la langue de bois).

Dans notre entourage (voisins, proches, connaissances…), nombre de personnes ont des troubles de santé nouvellement apparus, pour certains très graves, depuis ces injections (covid, inflammations de ganglions lymphatiques, 4 AVC (chez une même personne) avec épilepsie, un cas d’ovarite aiguë… + une méningite causée par un écouvillon lors d’un test). Parmi eux, un cas d’encéphalopathie spongiforme chez une dame, mais qu’apparemment ni son mari ni personne ne songe à relier à sa « vaccination » (c’est une maladie rarissime donc le taux de probabilité que ce soit apparu par hasard est mince).

Comment réagir face à quelqu’un qui nous annonce une telle chose, mais sans établir le moindre soupçon par rapport aux injections reçues ? Personnellement, je ne dis rien par peur de choquer, mais ça m’a collé un énorme malaise : ce hiatus entre l’innocence apparente de la personne qui me fait part d’un trouble apparu soudainement et mon sérieux doute quant à une éventuelle relation causale avec les injections reçues peu avant.

  • Cette réponse a été modifiée le il y a 6 mois par CathDouze.