Répondre à : Le pourquoi du comment de cette pandémie

Accueil Forums Échanges Le pourquoi du comment de cette pandémie Répondre à : Le pourquoi du comment de cette pandémie

#3277
baloo
Participant

Selon moi la réponse est en plusieurs parties :
– pour la vie de tous les jours, se rendre le moins dépendant possible du système : c’est difficile et c’est long ; je suis pour ma part dans cette situation, mais j’ai commencé à voir venir le coup vers 2003 ; cela m’a pris 6 ans pour me sentir « à l’aise » dans un mode de vie avec beaucoup moins de filets de sécurité. Psychologiquement c’est difficile. Mais l’indépendance à 100% n’est pas nécessaire. Je pense que les idées dont Di Vizio fait son dada, de société civile informelle et parallèle, ont du bon. ce n’est pas la panacée, et le pouvoir pourra toujours écraser de telles organisations si elles sortent de la clandestinité.
– pour le long terme : nous n’avons pas le choix. La feuille de route est claire, un régime totalitaire mondial, renforcé par le contrôle numérique. Si ce régime s’installe, on est cuits, pour des dizaines d’années. On lutte, on résiste, chacun selon ses capacités.

Je ne suis pas de nature belliqueuse. Enfant, j’ai toujours résisté à mes parents, curé, prof de cathé quand on nous parlait de la parabole où il faut tendre l’autre joue. Je ne dis pas que cela ne contribue pas à la victoire, mais je ne peux le faire. Donc en ce qui me concerne, ayant aquis localement une certaine réputation de par ce que j’ai accompli, je peux me permettre de griller quelques cartouches, en interpellant au compte goutte, publiquement, des personnes clé de mes cercles de relation, à des moments clé. Et de les interpeller brutalement, sans laisser de porte de sortie facile. Je perds instantanément leur soutien, mais in fine, ce qui compte est l’étalage, sur la place publique, du linge sale. Pendant la seconde guerre mondiale, la meilleure protection des résistants était que les français les craignaient autant sinon plus que les allemands. Ce n’est pas politiquement correct, mais c’est une clé du succès.

Nous sommes trop gentils. Il faut un bon flic ET un mauvais flic. Cette place est importante. Dans le respect des lois bien entendu.